Pick-A-Review

Paper Mice - The Funny Papers Desert Planet - Mario Built My Hot Rod Buke And Gase - General Dome Shiko Shiko - Best New Bestiole Dope Body - Natural History Dope Body - Nupping Fucking Invicible - Very Negative Deerhoof - Breakup Song Deerhoof - Milk Man Deerhoof - Apple O Deerhoof - Deerhoof vs. Evil Deerhoof - Dirt Pirate Creed Deerhoof - Friend Opportunity Deerhoof - Green Cosmos Deerhoof - Halfbird Deerhoof - Holdypaws deerhoof-offendmaggie Deerhoof - Reveille Deerhoof - The Man The King The Girl Deerhoof - The Runners Four

The Plot To Blow Up The Eiffel Tower

This post is also available in: Anglais

INRI (Ep)

(2006, Artfag) USA, California

Dernier Ep pour The Plot To Blow Up The Eiffel Tower.

Il est très surprenant car on a un retour au source, et même plus rock et lent que jamais.

Les deux titres INRI et Boys Keep Swinging n’en restent pas moins très bien composés et enregistrés.

Boys Keep Swinging a un côté rock’n’roll marrant et les choeurs sont bien sympas.

On notera enfin un remix de INRI par Nick Zinner des Yeah Yeah Yeah’s / Head Wound City.

Pour les fans.

===============

COUP DE COEUR : MY TOP 5

===============

1. INRI
2. Boys Keep Swinging

============================================

Love In The Fascist Brothel

(2005, Three One G) USA, California

J’ai découvert ce groupe via cet album grâce à Karl (Six Feet Over / Mediocratie / Tol Eressëa).
Karl a plus que largement contribué à me faire écouter de la « bonne musique » via sa caisse à CDs et toutes ses perles 31g etc…

Je pense que sans lui j’aurai mal tourné et que je n’aurai écouté du Dave que jusqu’à la fin de mes jours.

« Love In The Fascist Brothel » est donc un album culte punk par excellence.
Il faut savoir que si le groupe cultive là une imagerie et des allusions plutôt repoussantes, l’ambiguité est pure provocation punk.

On appréciera la vidéo live de Reichstag Rock : http://www.youtube.com/watch?v=cOFyVhnyM1A

Le passage à 1:15 dans Exile On Vein Street est tout simplement énorme.

Love In The Sex Prison est un titre magique.

J’adore l’effet de gratte au début de Drake The Fake.

Je ne peux pas m’empêcher de chanter « What color are his eyes ? Yellow like leather banana, I heard he’s tall ? I got to jump up to spit in his face »

Enfin Lawnmower Love est le titre le plus brutal, lofi et rock’n’roll de l’album.

Cet album est incontournable, un Must-Have-dans-ta-collec-ou-ne-me-parle-plus-jamais-de-musique-ha-ha.

===============

COUP DE COEUR : MY TOP 5

===============

1. Reichstag Rock
2. Exile On Vein Street
3. Love In The Sex Prison
4. Drake The Fake
5. Lawnmower Love

============================================

If You Cut Us, We Bleed (Ep)

(2004, Happy Couples Never Last) USA, California

Cet Ep est très intéressant, car placé entre leur album le plus rock « Dissertation Honey » et leur album le plus punk « Love In The Fascist Brothel ».

Il est très clairement, de part For Francis, un virage vers leurs compos les plus rythmées et puissantes.

If You Cut Us, We Bleed montre une autre caractéristique de leur musique, à savoir, le goût pour les accords complexes et enrichis alternés rapidement.

Green Cars est le titre le plus rock de cet Ep, j’en apprécie particulièrement le final.

Du très bon !

===============

COUP DE COEUR : MY TOP 5

===============

1. For Francis
2. If You Cut Us, We Bleed
3. Green Cars

============================================

Dissertation Honey

(2003, Three One G) USA, California

The Plot To blow Up The Eiffel Tower est un groupe de noise rock de San Diego. Il est tout-à-fait exceptionnel.

Tous sont des musiciens très talentueux et ils ont bénéficié d’une très bonne production et mix dès le premier album.

Ils sont également réputés pour des prestations lives très sulfureuses.

Johnny, You’re All Grown Up, Comeback 1968 ou Circuit font partie des titres qui caractérisent le plus cette énergie, ce groupe et leur sens de la mélodie.

For Marcus est un titre plus dark et magnifique avec un break funky complétement inattendu à 1:02.

Les mélodies telles celles du refrain de Sometimes I Wish I’d Lost A Leg restent en tête et gardent toujours une touche noise (soit avec les effets de guitare ou les cuivres).

Je n’ai qu’un regret : ne les avoir jamais vu en live.

Un Must Have.

You must be logged in to post a comment.