A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Love Lost But Not Forgotten

Upon The Right, I Saw A New Misery

(2002, Happy Couples Never Last) USA, Missouri

Love Lost But Not Forgotten est un groupe screamo majeur,

dont je n’ai pris connaissance que récemment en parcourant les chroniques de http://www.metalorgie.com/

Houston on a un problème avec le mix.
C’est très bizarre car les instruments séparés ont un très bon son, mais l’ensemble rend bien brouillon. Les versions du net, youtube etc…, ci-dessous sont bien plus mauvaises que le CD original rassurons nous.

Je pense qu’outre le chant particulièrement énergique, la réussite de cet album est la combinaison d’un batteur épileptique (cf Nobody’s Watching Department 23), d’une voix atroce (dans le bon sens), de mosh parts impitoyables dignes de Botch (à 0:52 dans Typical Fashion) et enfin de passages bien mélodiques aux grattes (dans le bon sens aussi à 1:07 dans Happy To Be Alive).

Bref plein de compos intéressantes, à écouter si possible en vrai CD, et pas les mp3s pourris proposés ci-dessous.

===============

COUP DE COEUR : MY TOP 5

===============

1. Perfectly Fucked
2. Headless, Sleeping Soundly
3. Happy To Be Alive
4. Typical Fashion
5. Nobody’s Watching Department 23

http://www.myspace.com/lovelostbutnotforgotten

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.